BIENVENU CHEZ L'ASSOCIATION DRAGOON 69 !!!!!

    histoire des french SAS

    Partagez
    avatar
    piment
    QUARTIER MAITRE 1ère CLASSE
    QUARTIER MAITRE 1ère CLASSE

    Messages : 383
    Date d'inscription : 22/04/2015
    Age : 49
    Localisation : st bonnet de mure

    histoire des french SAS

    Message par piment le Dim 20 Nov - 8:20

    L’histoire a retenu les exploits des parachutistes Américains et Anglais du Jour J, ce à juste titre. En revanche, elle a occulté ceux des paras de la France Libre.
    Au moment même ou le ciel Normand s’ornait de milliers de corolles , quatre sticks du 2ème Régiment de Chasseurs Parachutistes  étaient largués dans le Morbihan et les Côtes d'Armor.
    Qui sait aujourd’hui que le premier soldat allié tombé sur le sol le 6 juin 1944 est Français ?


    Début des parachutistes Français
    Dès le 15 septembre 1940, le général de Gaulle constitue en Grande-Bretagne la 1ère Compagnie d’Infanterie de l’Air (1ere CIA) Georges Bergé.

    Un premier groupe d’une trentaine d’hommes, permet de former une section. Pendant deux mois, les hommes subissent un entraînement intensif dans un centre d’instruction du Kent puis, le 20 novembre, ils prennent la direction de la base de Ringway, centre de formation des parachutistes britanniques situé près de Manchester.
    Après six sauts effectués l’ensemble du groupe ( 2 officiers, 4 sous-officiers et 19 hommes de troupe) est breveté parachutiste le 25 décembre 1940.

    De retour à Camberley, les hommes reprennent leur instruction. Bientôt, l’arrivée de nouveaux volontaires permet de former deux sections supplémentaires et au mois de mai 1941, la 1ère C.I.A. comprend près d’une centaine d’hommes.
    Le capitaine Bergé et quelques éléments sont alors envoyés en stage dans un château du nord de Londres. Là, les hommes sont formés à la technique du sabotage. Ils apprennent à manipuler le plastic, explosif jusqu’alors inconnu, à confectionner des charges et à atteindre un objectif.
    Le 15 mai, l’unité s’installe à Exbury où les hommes subissent un entraînement commando très poussé.

    1ere mission – mission ''Savannah'':
    Dans la nuit du 14 au 15 mars 1941, le capitaine Bergé et quatre hommes sont parachutés près d’Elven dans le Morbihan.
    Cette première mission, parachutée en territoire occupé, consiste à attaquer un véhicule qui transporte les pilotes du KG 100, une unité de la Luftwaffe chargée de baliser les objectifs pour les bombardiers allemands lors des raids nocturnes contre les villes britanniques.

    2eme mission – mission ''Josephine B'' :
    Dans la nuit du 11 mai, trois parachutistes français sont largués en Gironde et parviennent à détruire la centrale électrique de Pessac. Celle-ci est parfaitement réalisée.
    ******************************
    - Fin juin, le général de Gaulle, présent à ce moment au Caire, ordonne l’envoi de la 1ère Compagnie Parachutiste au Moyen-Orient. Une cinquantaine d’hommes embarquent le 21 juillet 1941 à Glasgow et partent en direction du Levant.
    - Fin septembre, la 1ère Compagnie Parachutiste s’installe près de Damas. Après de nombreuses discussions avec l’Etat-major du Moyen-Orient, le capitaine Bergé obtient enfin que ses hommes soient rattachés au Special Air Service du major David Stirling.

    - 1er janvier 1942, une trentaine de parachutistes français arrivent au camp de Kabrit en Egypte. 
    Le fameux French Squadron gagne alors ses lettres de noblesse. Cette fois, il ne s’agit pas de combattre dans l’ombre mais d’affronter face à face un ennemi redoutable: l’Afrika Korps de Rommel.
    Les opérations aéroportées, bien trop aléatoires dans le désert, sont très vite abandonnées au profit d’actions éclaires grâce au soutien des véhicules du Long Range Desert Group
    ''Le LRDG est une unité constituée de Néo-Zélandais, de Rhodésiens et de Britanniques. Elle possède la particularité d’être équipée de camions Chevrolet Mle 30 et de Jeeps surarmées et autonomes pour des missions en profondeur derrière les lignes. Le LRDG et le SAS vont dès lors baser leurs actions sur l’effet de surprise et la puissance de feu''.
    Les parachutistes SAS de la France Libre effectuent alors de nombreux coups de mains contre les aérodromes ennemis en Libye, en Crête et en Tunisie. Le SAS parvient ainsi à détruire plus de 400 avions allemands et italiens lors de raids sur les aérodromes de l’axe. 
    Le capitaine Bergé est fait prisonnier le 13 juin 1942 au cours d’un raid en Crête. L’aspirant André Zirnheld, officier du French Squadron, connaîtra la postérité avec la légendaire « prière du parachutiste» (écrite en 1938 à Tunis), avant d’être tué le 27 juillet 1942 au retour d’une mission contre l'aérodrome de Sidi Haneish.
    La valeur de Bergé et ses paras est alors reconnue de tous et ils ont fait leur la devise des S.A.S « Who Dares Wins » ( Qui ose gagne ). Après la défaite de l’Afrika Korps en Tunisie, l’unité est rapatriée en Angleterre début avril 1943.
    **************************
    Le SAS - Spécial Air Service -
    La Spécial Air Service (SAS) est une unité des forces spéciales des armées britanniques, mise au point en 1941, en Egypte, par le Lieutenant David Stirling.

    Les French SAS
    rès tôt après avoir commencé ses opérations, Stirling se rend compte que les hommes dont il a besoin doivent être formés aux actions commandos. Mais il dispose de peu de temps et prends des hommes qui on déjà une formation avancée.

    En Egypte, il y a des parachutistes français, trop peu nombreux pour remplir des missions, mais qui ne demandent qu'à participer à l'effort commun et qui on déjà participé à des opérations de destruction en France, comme celle de la centrale de Pessac. Stirling demande donc à ses supérieurs que ces Français lui soient rattachés.
    Cette unité de ''Français Libres'' ne dépendant pas du commandement britannique, Stirling prends sur lui de demander directement au général de Gaulle la « permission » de lui emprunter la 1ere Compagnie de Chasseur Parachutistes du Capitaine George Bergé.
    Au début, de Gaulle refuse qu'une seule partie de ses troupes soit placée sous commandement direct d'un officier britannique dans une unité britannique. Selon les témoins, Stirling, furieux, aurait dit en anglais : « Il est aussi têtu qu'un officier anglais ! »
    Mais De Gaulle, qui respecte la ''Vieille Alliance'' entre les royaumes d'Écosse et de France, « la plus ancienne alliance du monde » selon ses mots (discours prononcé à Edimbourg le 23 juin 1942), fait volte-face en comprends que Stirling est Écossais et lui souhaite bonne chance pour la suite des opérations. (à savoir que la politique de De Gaulle n'était pas anglophobe mais consistait à vouloir démontrer que la France continuait le combat par elle-même, sans être une légion étrangère aux ordres des Alliés).

    Janvier 1942, le 1er CCP du capitaine Georges BERGE est envoyée à Kabrit.
    À la recherche de parachutistes pour renforcer sa brigade, Stirling intègre les Français libres, qui forment le French Squadron du SAS.
    Les premiers sticks français ou franco-britanniques sont engagés dès fin mai 1942. Un raid est mené contre l'aérodrome de Candie-Héraklion en Crête le 13 juin 1942 par un commando de 6 hommes, conduit en Crête en sous-marin, légèrement équipé (colt 45, poignard, compas et vingt bombes Lewis chacun). Ils détruisent 22 avions de la base aérienne allemande.
    Devant les attaques du SAS, des gardes sont placés sur les aérodromes pour protéger les avions, empêchant les hommes du SAS de poser leurs bombes.
    Aussi Stirling équipe-t-il la brigade de jeeps munies de 3 à 5 mitrailleuses chacune, avec lesquelles il lance des attaques surprises qui leur permettent d'avoir momentanément une puissance de feu supérieure à l'ennemi et de détruire les avions, avant de s'enfuir dans le désert. À Sidi Hanneisch (27 juillet 1942), 18 jeeps détruisent une trentaine d'avions Heinkel 111.

    Malgré l'échec du raid contre le port de Benghazi (les forces impliquées étaient trop nombreuses selon les critères SAS) et la capture de son chef lors d'une mission en Tunisie, le SAS gagne le droit de continuer le combat sur le front européen.
    - - - o o o O o o o - - -
    Les SAS ont fait la preuve de leur efficacité et ils sont connus de l'état-major allemand. Hitler avait lui-même émis un ordre, fin 1942, afin que tous les commandos qui tombaient entre les mains de ses soldats soient considérés comme des espions et fusillés séance tenante :
    « Les troupes SAS prisonnières seront remises immédiatement à l'unité de la Gestapo la plus proche. Ces hommes sont très dangereux.
    La présence de troupes SAS dans n'importe quel secteur doit être immédiatement signalée. Elles seront exterminées sans pitié »
    — Adolf Hitler
    avatar
    damien42800
    MAITRE PRINCIPAL
    MAITRE PRINCIPAL

    Messages : 2882
    Date d'inscription : 09/07/2013
    Age : 29
    Localisation : paris

    Re: histoire des french SAS

    Message par damien42800 le Dim 20 Nov - 18:05

    bravo


    _________________
    Dragoon 69: Tous unis

      La date/heure actuelle est Jeu 29 Juin - 16:01